New born Georgian

Publié le par Emmanuel

Il est grand temps maintenant que je le dise. Si je n'ai pas écrit sur ce blog ces derniers temps, ce n'est pas parce que mon fournisseur d'accès branlait du serveur (quoique). Ce n'est pas parce que je n'avais pas d'inspiration, parce que mon chat m'avait quitté, que je n'étais plus vraiment kikoo lol.

C'est parce que la Géorgie, j'en avais marre. Marre de ne pas pouvoir trouver de vrai ami sans devoir me bourrer la gueule tout le temps. Marre de rabâcher les mêmes thèmes, d'être l'éternel invité et d'écouter les mêmes toasts à la France et à son équipe de foot qui compte tout de même un peu trop de nègres. Triste de voir un peuple se plaindre de l'impérialisme russe sans se rendre compte de sa propre tendance à l'impérialisme, pour les peuples encore plus petits. Triste de voir un si beau pays se diriger à nouveau vers la guerre. Mortifié de voir ma propre vésicule biliaire s'atrophier et refuser -peut-être à ma place- la chère géorgienne. Comme l'a si justement dit notre grand poète Boby Lapointe, j'avais mal vers l'aine.

Je ne voulais donc plus rien écrire - je ne pouvais plus rien écrire, dans la veine tragicomique qui a fait mon succès sur les moteurs de recherche. Je trouvais simplement mes mots gris et aigris, à côté de la plaque. L'humour a ses limites et l'on passe vite de l'ironie au sarcasme...

J'ai tout simplement décidé de soigner le mal par le mal. Je suis parti en Khevsourétie, une nouvelle fois, pour faire un reportage sur une fête ancienne, à moitié païenne, où les montagnards égorgent des béliers dont ils mangent la viande au cours de libations à la bière et au tord-boyaux. J'ai bu, j'ai re-bu, et j'ai libu, aussi. J'ai laissé ma vésicule au garage, et j'ai ressorti mes plus beaux toasts géorgiens. Je me suis laissé embrasser par des inconnus qui me disaient leur frère en sachant que je ne les reverrais plus. Et le bonheur, décuplé par celui d'être dans des montagnes sublimes, coupées de la civilisation, ne m'a pas quitté pendant ces quelques jours. Parce qu'en effet, ces hommes que je croisais étaient mes frères d'un jour. Je savais leurs défauts mais je n'ai écouté que le reste. Ecouté leurs chants et leurs prières.

Et hier soir, rentrant chez moi à Tbilissi après avoir bu un pot avec une amie, j'ai entendu dans la rue des chansons. De très belles chansons, de ces polyphonies qui vous figent le coeur. J'ai hésité, puis, fort de ma connaissance de l'hospitalité géorgienne, et d'un peu de vin blanc dans les veines, je suis entré dans la cour, voisine de ma maison, d'où provenaient les chants. J'ai ouvert le portail, gravi l'escalier, et frappé à la porte. L'homme qui m'a ouvert, je le connaissais. C'était Aleko, le neveu d'Irma, mon ancienne traductrice. Je savais qu'il habitait cette cour, mais parmi la trentaine de logements qu'elle compte, il fallait vraiment une sacrée chance... Et cette chance je l'ai savourée d'autant plus que je savais très bien que n'importe quelle autre famille m'aurait ouvert sa porte et invité à sa table, à partager sa nourriture et son vin.

Voilà. A Paris, ça n'arrive pas comme ça. Et j'ai juste compris ce soir-là qu'il faut prendre les Géorgiens comme ils sont. Vantards, possessifs, butés. Mais aussi formidablement spontanés et généreux. Aleko me disait hier : nous, les Géorgiens, savons faire deux choses : le vin et la guerre. Eh bien, que voulez-vous que je dise... moi je serai toujours là pour boire le vin avec vous.

Commenter cet article

anne 20/08/2007 15:18

Bien (d)ecrit ! Je ne connais pas le pays aussi bien que toi, ce n'est que mon deuxieme voyage ici, mais je comprends bien certaines choses qui me font "tilt"... Ce fameux accueil georgien... Et tant de choses surprenantes ! Intrigantes parfois... Et certainement j'en comprendrai mieux d'autres dans la semaine qui me reste a Tbilissi.Un pays a decouvrir ! (heureusement, il n'y a pas - encore- de Tour Operators...)L'invitee du jour

anna 29/07/2007 19:34

tu resumes bien je pense mais ce n'est qu'un resumé, j'aimerais tellement approfondir ce genre de visionj'ai eu des frissons en te lisant parce que la verité fait tjs ca...bye et merci

Paco 29/07/2007 13:58

Superbe article qui pousse un peu plus a la volonté de découverte de ce pays si méconnue par nous pâuvre Français.Encore Bravo

Aurélien 29/07/2007 02:19

J'étais tombé sur ce site par hasard il y a quelques temps en faisant des recherches sur la Géorgie et ma femme et moi étions bien contents de cette découverte. Ma femme est de père géorgien (Svan!!!) et c'est dans ce dernier message que j'ai retrouvé, exprimé à la perfection,  ce que je ressens à l'égard des  géorgiens qui souvent savent me mettre en colère tellement ils peuvent être butés et fermés culturellement...pour ensuite tout oublier le temps d'une chaleureuse soirée passée à boire...Merci donc pour ce blog et ces mots et bon courage!

Mélina LOUPIA 26/07/2007 17:41

Parfois, la vie est tellement belle à vivre qu'on a pas le besoin d'en parler et on préfère la garder pour soiEnfin, tfaçons, quand tu en parles, tain, ça claque :)Des bizettes