Moscou de théâtre

Publié le par Emmanuel

Ouiiii, le vilaiiin, il ne blogue pluuus... Certes. Mais j'ai de bonnes raisons. D'abord, j'ai beaucoup travaillé. Après, j'étais en France deux semaines, à courir partout avec mes petites papattes.

Et alors que je revenais à Tbilissi avec un MacBook tout neuf, plein d'idées, de projets et d'envies dans la tête, je me suis pris une de ces claques que la vie vous garde en réserve, toujours au moment où vous vous y attendez le moins.
Lundi, je reçois un mail fourbe innocemment intitulé "Qu'est-ce que tu fais en 2008 ?". Ce qu'on m'y propose, ce n'est rien moins que d'aller bosser à Moscou, pour être le n°2 de RFI et Radio France, avec d'autres piges à la clé. Assez pour vivre là-bas, le tout à deux mois de la présidentielle. Et au bout d'une semaine de torture psychologique, car il fallait donner ma réponse rapidement, j'ai dit oui.

Je n'arrive pas encore à le réaliser. J'étais parti en Géorgie pour un an ou deux, pas plus, le temps de voir autre chose avant d'aller en Russie, le pays de mes rêves de gosse. Puis j'avais trouvé, complètement par hasard, cette Tbilissi et cette Géorgie. Je me suis plongé dedans jusqu'à la vésicule biliaire, je suis allé partout, j'ai fouillé, interviewé, enregistré, écrit, photographié le coeur de ce pays dont je n'avais même jamais soupçonné l'existence. J'en suis tombé amoureux et pour moi, qui me fous un peu d'avoir une "carrière" académique, Moscou était déjà loin. Je voulais encore rester deux ans de plus dans le Caucase, creuser là où je n'étais pas encore allé ; des rêves d'Iran, d'Orient, venaient agréablement me flatter la cervelle... A quoi bon aller se faire chier par -25°C dans un bloc en béton à deux heures de transport du centre, dans une ville grise et froide, où tout le monde vous agresse, et essentiellement les gens avec lesquels vous bossez si vous avez le malheur d'être journaliste ? Alors que vous êtes dans une région passionnante, dans un appart avec vue, en haut d'une colline verdoyante, 5 min. métro, loyer modique. Pourquoi aller faire des reportages sur les néo-nazis casseurs d'étrangers ou les ravages de la vodka frelatée quand vous pouvez assister à des fêtes païennes perdues dans la montagne sauvage, et déguster un petit vin frais en terrasse en rentrant à la maison ?

Mais comme une amie me l'a fort justement dit, je serais de tout façon parti un jour ou l'autre. Alors mieux vaut s'en aller trop tôt pour relever d'autres défis, même s'il me reste plein de choses à faire ici, que de partir trop tard avec l'amertume aux lèvres, le vaste inconnu à portée de coup de pied aux fesses. Et puis la Russie, ça fait longtemps que je la pratique. J'y ai des amis, et l'après-pré-post-Poutine s'annonce très intéressante niveau boulot. En attendant il va falloir que je me retape les galères de l'installation dans un autre pays, surtout que là-bas ils sont beaucoup moins souples avec les correspondants étrangers qu'en Géorgie...

Donc, toutes les réserves nécessaires quand il s'agit de la Russie étant de mise, je devrais débarquer à Moscou, si pas de problème de visa ou autre, vers le mois de décembre. En attendant, je compte bien en profiter et je vais réaliser un documentaire sur Tbilissi pour la Radio Suisse Romande, mon cadeau d'adieu à cette ville de mon coeur. Pas beaucoup de billets à venir en conséquence sur le blog, puisque je vais bouger beaucoup - mais les fans de rugby peuvent suivre mes aventures sur le net, et jusqu'à élimination de la Géorgie (blasphème !), sur le blog des expatriés de 20 minutes.

Voilà. Je débarque dans la cour des grands, sur la scène du Bolchoï. Ca va faire mal.

Commenter cet article

boub 15/10/2007 13:26

C'était avec grand plaisir que je lisais vos chroniques en direct de Tbilissi et parfois d'ailleurs ! Merci pour ces bons moments.La Géorgie est un pays tellement magique !Bonne continuation

Sarah 04/10/2007 19:27

Bon puisque tu as plus de 13 comm', je peux bien aussi laisser le mien...
Dis donc petit cachottier, je ne savais pas que tu allais danser au Bolchoï ! En tous cas, compte sur moi pour te rendre visite, héhé.

stepbysteppe 03/10/2007 20:07

"Impose ta chance,Serre ton bonheur,Et va vers ton risque.A te regarder, ils s'habitueront."Bravo ! ! !  ce blog va nous manquer tu sais ;-)

Emmanuel 27/09/2007 21:44

Bon euh juste parce que c'est pas le genre de note où il faut laisser treize commentaires

Emmanuel 24/09/2007 19:51

Merci à tous pour les encouragements ! Pour l'instant je préfère dire que ça n'est pas fait parce qu'on ne sait jamais ce qui peut se passer avec les problèmes de visa...Enfin d'ici là je serai assez occupé mais je vous tiendrai au courant, en attendant vous pouvez me lire dans la presse française, en particulier dans le Monde 2 de la semaine dernière dont je suis assez fier !