Le gène Onéguine

Publié le par Emmanuel

Il aura fallu que j'aille en Ukraine pour l'apprendre. Désormais, je devrai vivre avec cette terrible vérité : tout les peuples ne sont pas égaux face à la boisson, il y a une différence génétique entre les Slaves et les hommes normaux. Par contre elle ne fonctionne pas comme on pourrait le penser : en fait, les pauvres Russes, Ukrainiens et même les Polonais sont démunis par rapport à nous. Génétiquement, ils ne supportent pas l'alcool ! Du coup, ils doivent boire pour oublier à quel point ils sont fragiles. Je l'ai appris de la bouche d'un type dans le train-couchettes de Kiev à Donetsk. Et comme tout le monde le sait, la vérité sort de la bouche des trains-couchettes.

Ce brave Andrei (ou était-ce Alexandre ?), ce brave Ukrainien donc, m'a expliqué, chiffres à l'appui, pourquoi c'était super d'être Européen de l'ouest pour pouvoir se soûler en restant classe. Un Français ou un Allemand moyen, m'a-t-il dit, peut ingurgiter sans dommage cinq litres de vin dans la soirée, alors que le pauvre Moscovite de base devra se limiter à trois litres seulement. Bigre. La dernière fois que j'ai bu cinq litres de vin, j'ai mis une demi-heure à retrouver le métro Porte de Clignancourt.

Mais, glissé-je pernicieusement, trois litres de vin seulement, d'accord, et combien de litres de vodka ensuite ? Ha ha, paf le Cosaque, un chtard dans le morpion, me dis-je, satisfait. Eh bien non. Leur foie (quel foie ?) ne le supporterait pas. D'ailleurs, lui-même ne pouvait pas se soûler plus de quatre jours de suite, la preuve. Et d'enchaîner, comme depuis le début de la soirée, sur des histoires de poivrots. Voilà, je le crie désormais à la face du monde civilisé : bourrez-vous la gueule, sablez-vous le ciboulot tant que vous le pouvez, vous ne risquez rien. Puisqu'on vous le dit, c'est gé-né-tique.

Je ne vous dirai pas le nombre de découvertes scientifiques que j'ai faites dans ce train, comme d'apprendre que la bière n'est pas considérée comme une boisson alcoolisée en Ukraine ou en Russie "parce qu'elle ne contient qu'un ou deux pour cent d'alcool" (décidément, ces opticiens sont tous des arnaqueurs), ou de réaliser à quel point il faut rester concentré pour pas tomber quand la couchette est installée parallèlement au train, et qu'il y a 50% de chances de plus d'attraper un rhume quand elle se trouve contre la fenêtre tout du long (sacrés Ukrainiens !)... Bref un voyage avec des morceaux de pédagogie dedans, et tout plein d'intérêt pour la connaissance de dedans le cerveau.

Oui, à part ça, sinon il y a eu des élections.

Publié dans tbilissi

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

sylvie.haim 04/04/2006 10:48

Je me sens désormais très fière de pouvoir étaler dans les salons (heu enfin dans les salles des maîtres) ma toute fraîche connaissance d'une partie du monde slave. J'ai appris que tu risquais d'avoir la visite de Sarah qui pourra alors expérimenter la langue de ses ancêtres que vous avez étudiés ensemble.
Tu as le bonjour de Philoména qui espère que tu vas bien et te fais de gros bisous. Biz Sylvie H.

Sarah 30/03/2006 23:45

Je ne sais pas si tu reçois mes mails, bouhouhou :'( cependant, je compte passer te voir durant mes congés estival, où que tu sois !(bon, rue de Châteaudun, ça m'excite un peu moins, pardon pour les résidents permanents...)

Emmanuel 30/03/2006 00:52

Vers Tbilissi je sais pas mais dans la région ça c'est sûr ! L'été, faut en profiter pour aller dans les montagnes. Si ça te dit...

Sarah 30/03/2006 00:33

3 litres, petits joueurs.Bon, cet été, tu seras vers Tbilissi ?

Françoise 29/03/2006 21:32

Finalement on a de la chance ton pauv' père et moi que ce soit journaliste que tu aies fait (avec pour boulot de raconter ce que tu vois) parce que sinon scientifique tu aurais été obligé d'expérimenter tout ce qui est à vérifier ! Ouf !