Problème de direction

Publié le par Emmanuel

Je dois vous faire une confession. Me délivrer de ce secret, de ce fardeau, expier devant tous afin que les dieux de la route me pardonnent et m'accordent leur bénédiction avant que je parte en voyage (oui parce que je pars en voyage). J'ai découvert, ces derniers temps, une vérité terrible sur moi-même, qui me colle depuis à la peau, surtout par cette chaleur : je suis chevènementiste avec les taxis.

Comprenez-moi, je ne l'ai pas fait exprès. Après huit mois passés dans ce pays, à parler en russe aux pauvres marchandes de chaussettes, à agresser mon épicière dans la langue de l'envahisseur, je me suis décidé à me mettre au géorgien. C'est tout ce que j'ai fait, et je pensais bien m'en tirer, jusqu'à ce que j'essaie de faire le malin avec les taxis. Et là, catastrophe.

Je me suis rendu compte que je ne savais dire ni "gauche", ni "droite". Que je n'avais, autrement dit, aucun positionnement géographique, donc politique, fort. Jugez en vous-même : gauche se dit "martskhniv" et droite, "mardjvniv". Donc moi, pas gêné, je dis quelque chose comme "martjvkhniv". Au bout de quelques jours, je me suis rendu compte, horrifié, que c'était exactement comme si je disais "à droche" ou "à gouate" en permanence. Comme le ferait le plus fidèle des suppôts de notre ancien ministre de l'Intérieur.

Les pauvres chauffeurs, qui aiment souvent Le Pen parce qu'il veut bouter les Arabes hors de France, seraient bien marris que je leur offre l'alternative molle d'un Chevènement à bout de souffle. Mais bon, tant qu'ils ne seront pas au courant, et tant que les facteurs ne me demanderont pas leur chemin, je ne risquerai pas ma vie à l'arrière des taxis.

 

P.S. : comme je le disais plus haut, je pars vadrouiller quelques semaines en Europe de l'Est, puis en France. Les mises à jour risquent donc de se faire rares. Bisous à tous.

Publié dans tbilissi

Commenter cet article

cubik 16/08/2006 09:13

en même temps, suffit de te croiser un lendemain de cuite pour savoir que tu aimes bien faire le zombi