Vogue là

Publié le par Emmanuel

A tout saigneur tout honneur, après la Jigouli je me devais de faire un article sur la Volga. Tout bien réfléchi, c'est même incroyable que je n'en ai toujours pas parlé sur ce blog. Je dis saigneur parce que c'est vrai que sous certains abords elle peut donner l'impression d'un char d'assaut, et qu'à son volant on se sent comme invincible. Mais en fait, c'est la voiture la plus classe au monde. Vous voyez les Castrolettes, ces voitures cubaines au capot bombé et à l'allure incroyablement élégante ? Ou bien les Mercerdes, les Limousine, les Volvo ? La Volga surclasse tout cela.

Attention, je parle bien de la Volga premier modèle, la "GAZ 21" (quoique la 24 ait ses charmes aussi, mais trop allemande à mon goût). Large comme le fleuve dont elle porte le nom, avec sa calandre audacieuse et entreprenante, sa carrosserie immaculée, ses chromes rutilants et ses deux banquettes destinées à accueillir confortablement sept passagers - ou deux, pour d'autres activités, disons, plus confortables... - elle est la reine des quatre-roues. Construite sur un bloc d'acier, elle a une espérance de vie quasi-illimitée, pourvu bien sûr qu'on lui prodigue les soins réguliers et attentifs qu'elle mérite.

Car c'est une grande gourmande. Amatrice de plaisirs simples, elle se contentera de la quinzaine de litres de super non raffiné dont vous l'abreuverez tous les jours. Mais c'est aussi une sportive. Boîte de vitesses sur le volant, accélérations taurines, et un ronronnement souple qui ne se compare qu'à celui d'un chat débordé de caresses.

La Volga n'est pas simplement une voiture. Elle a quelque chose de mythique. Comme dans la Bible, les premières générations étaient plus belles, et ont vécu plus longtemps. Comme Mars, elle a recueilli les sacrifices innombrables de Soviétiques reconnaissants, immolant leurs pièces détachées dans l'huile de vidange sacrée qu'ils recueillaient de Son réservoir. Comme Aphrodite, elle a servi plus d'une fois de temple à l'amour, et comme elle, elle a fait rêver l'homo sovieticus de père en fils. Les femmes la jalousaient mais rougissaient de fierté à l'idée de monter dans ce bolide lancé à tout allure vers le communisme total.

Il y a deux ans, sa production a été totalement arrêtée. Sur le bord des routes, certaines agonisent, délaissées par des propriétaires indignes (ou pauvres), souillées par des pièces de Jigouli, la carrosserie râpée et les suspensions rouillées, les enjoliveurs aux fraises. Mais bientôt, cette traversée du désert finira. Elle commence déjà à prendre de la valeur sur le marché d'occasion. Elle devient à nouveau l'icône qu'elle n'aurait jamais dû cesser d'être... A son bord on se sent comme un pionnier voguant à la découverte de l'ancien monde, et si à nouveau le déluge venait frapper les hommes, il n'y aurait qu'un seul refuge : l'Arche moderne, c'est la Volga.

Publié dans tbilissi

Commenter cet article

fab 20/05/2007 13:05

sympa ton blog!à bientot!fab

Emmanuel 10/05/2007 11:27

Salut Nicolas,
Oui ils vont bien, et sont toujours là, du moins pour l'instant. Et moi jusqu'à nouvel ordre :) Bon courage pour ta vie française !

pachy 09/05/2007 14:21

Salut Manu. Est-ce toi le journaliste français expatrié en Géorgie depuis qques années déjà? Nous nous étions rencontrés l'été dernier alors que je faisais un stage comme assistant de projet à l'Université d'Etat de Tbilissi.
Comment vas-tu? Définitivement implanté en Géorgie donc? J'ai lu les messages amusants de ton blog avec plaisir et nostalgie. Je rêverais de retourner un jour en Géorgie. J'en garde des souvenirs émus.
En ce qui me concerne, je suis toujours en France, à Grenoble, en train de passer des concours administratifs, à défaut d'avoir trouvé qqch dans l'International. Mais tout va bien. Je ne me plains pas.
Que deviennent Séb, Aurélien, Nanouka et les autres?
Allez, à bientôt et bonne continuation!
Nicolas
 

Emmanuel 08/05/2007 10:26

Mélina > oui non c'est juste que les propriétaires de Volga sont plus soigneux que les autres car ils savent qu'ils doivent mériter leur voiture.
Papa > Ben non, je préférerais vachement avoir un vrai ordi qu'un portable des années 50, là tout de suite... mais pour les voitures ça se discute pas :)
Sylvie > oui j'ai vu des photos ça avait l'air super, et ça ne m'étonne pas !
 

sylvie.haim 04/05/2007 21:56

Rien à voir avec la volga, mais J\\\'ai vu le travail de Cali Rezo. C\\\'est super, du moins à mon avis et ça vaut le coup d\\\'oeil. Je recommande. Elle fait aussi des \\\"Cali-doudou\\\" qui me plaisent bien, surtout l\\\'idée de recyclage.
Je le recommande donc à tous.Voir article précedent du présent blog
Pour la volga, ça va plaire aux zamoureux des zotos zanciennes, ça! En tour cas elle est pulpeuse cette voiture....